Lettre ouverte à Vends Ta Culotte

Afin de respecter l’anonymat des modèles dans leur dialogue avec Vends Ta Culotte, nous ne publions pas leur noms mais il nous apparaît important de relayer les difficultés rencontrées concernant la modération et le manque d’information des travailleuses. En espérant que Vends Ta Culotte comprenne ces enjeux pour améliorer les conditions de travail au bénéfice de toutes.

 

Messieurs FUCHS, MARCK et ROMBERT, administrateurs et patrons de VTC,

 

Nous revenons vers vous par cette lettre ouverte car nous n’avons obtenu aucune réponse satisfaisante lors de nos échanges précédents. Vous persévérez dans l’auto-promotion au lieu de produire des solutions concrètes.

Concernant les problèmes de communication, vous avez dit ne « pas être contre la mise en place d’une newsletter » il y a déjà plus d’un mois. Or, celle-ci n’est toujours pas mise en place à ce jour. Aussi, concernant votre crainte qu’elle soit perçue comme « intrusive » il suffit de ne l’envoyer qu’à ceux et celles qui s’y seront inscrits volontairement.

Nous vous demandons donc pour la troisième fois de bel et bien mettre en place cette newsletter, afin de nous tenir au courant PAR MAIL et PAR AVANCE de toute actualité concernant le site : mises à jours/bugs/maintenances/bannissement/modérations/changement de CGUs etc. et en expliquer les détails de manière claire et précise. (par exemple, en cas de changement de CGUs, merci d’indiquer clairement quels ont été les changements apportés).

 

Dans votre réponse précédente, vous déclarez : « depuis presque un an maintenant, une personne est en charge de manière exclusive de l’activité de modération, ce qui a considérablement réduit les délais de traitement et l’efficacité des réponses apportées, et ce même lors des week-ends« . Or, depuis toujours, même cette dernière année, nous avons toujours autant de mal à vous joindre, et dans le cas où nous y parvenons, à obtenir une réponse satisfaisante à nos demandes.

A titre d’exemple (liste non exhaustive) :

  • Impossibilité de vous joindre le weekend et pendant les vacances, même en cas d’urgence ;
  • Obligation de vous renvoyer les vidéos de TDL, surtout lors des vacances scolaires ;
  • Quand une fille est bannie jusqu’au samedi, elle se retrouve bannie jusqu’au lundi car personne n’est là pour la dé-bannir le we ;
  • Vous ne vérifiez pas toujours les signalements qui vous sont remontés, et donc parfois ne prenez aucune dispositions pour des faits avérés, ou a contrario appliquez des sanctions basées sur des accusations non fondées ;
  • Vous survolez nos mails et ne prenez pas le temps d’y répondre point par point, voire nous répondez avec des copiés collés ou de manière évasive, nous obligeant à vous relancer plusieurs fois ;
  • Lorsque nous vous signalons un problème, vous nous répondez qu’il n’y en a pas.
  • Lorsque vous indiquez « faire remonter le bug au service technique » le bug n’est jamais réglé et vous ne donnez plus aucune nouvelle.

 

Concernant le harcèlement, dont une première solution serait de bloquer les IPs, nous sommes conscientes que cela ne débarrassera pas entièrement le site des harceleurs. Cependant, ce serait un premier filtre en attendant la mise en place d’autres solutions complémentaires. Vous dites que c’est « très peu efficace », mais c’est toujours plus efficace que de ne rien faire.

De plus, votre système de « pouces rouges » est un outil puissant de chantage et de harcèlement, d’autant plus qu’il est relié au système de paiement des vendeuses. Nous demandons donc soit que les pouces rouges n’aient plus d’influence sur les paiements des vendeuses, soit de supprimer ce système. Les clients et vendeuses pourraient dans ce cas laisser des commentaires « neutres ».

Aussi, le système de délation étant récompensé, c’est la porte ouverte aux abus, avec parfois pour conséquence un acharnement individuel ou même groupé.

Par ailleurs, nous vous rappelons que le travail de modérer le site ne revient pas à ses utilisateurs mais à ses administrateurs. Vous pourriez d’ailleurs nous faciliter la tâche à l’aide d’un bouton dédié, dont vous aurez la responsabilité de consulter la nature, plutôt que de devoir vous envoyer un mail explicatif – qui n’est pris en compte qu’avec une capture d’écran jointe/un lien, ce qui parfois est impossible (si un utilisateur nous bloque, nous n’avons plus accès à la conversation ou au profil).

 

Vous affirmez ne pas faire de différence parmi les vendeuses, ce qui est faux, puisque vous n’appliquez pas les CGUs avec la même sévérité pour tout le monde, et ne payez pas toutes les vendeuses selon les mêmes modalités. Cela s’apparente à de la discrimination, ce qui est punissable par la loi.

A titre d’exemple (liste non exhaustive) :

  • certaines vendeuses sont payées une fois par semaine, d’autres une fois par mois, selon leur popularité et leur chiffre d’affaires ;
  • certaines vendeuses sont autorisées à proposer certaines spécialités/pratiques et pas d’autres (souvent par manque de communication dans votre équipe, le modérateur et le concierge donnant des infos contraires) ;

 

De plus, certaines de vos mesures punitives vont au delà de vos droits, car nous vous rappelons que les CGUs engagent tout autant les utilisateurs du site que leurs administrateurs. Vous vous permettez de retirer du contenu ou bannir des vendeuses qui ne violent aucune CGU. Cela s’apparente à du sabotage.

A titre d’exemple (liste non exhaustive) :

  • vous retirez les contenus des filles ayant protégé leurs médias avec un watermark commençant par « @ », ce qui n’enfreint aucune de vos règles, car cela ne constitue en rien une adresse internet ;
  • vous retirez les produits en ventes de filles proposant de la nourriture piétinée, alors que ces produits ne contiennent pas de gamète, ne sont pas « frais » ni « cuisinés » (bonbons, pain au lait etc.) ;
  • vous retirez des médias à la vente qui n’entrent pas en opposition avec vos CGUs ;
  • vous refusez de comptabiliser certains filleuls que vous déclarez « fake » sans apporter de justification, ou qu’aucun critère de validité ne soit stipulé dans vos CGUs.

 

En outre, il est aberrant que non seulement vous ne preniez aucune disposition pour protéger vos vendeuses, mais qu’en plus vous participiez à mettre leur vie privée en danger :

  • Vous nous obligez à montrer notre visage sur les vidéos TDL/les évènements promotionnels (ex TikTok) sans quoi notre participation n’est pas prise en compte ;
  • Vous laissez les vidéos accessibles sur le site pendant 3 mois lorsque la vendeuse supprime son compte.

 

Vous trouverez ci-dessous un résumé des points sur lesquels nous attendons des solutions mises en place rapidement. Nous vous suggérons de copier ce paragraphe puis de le coller dans votre réponse afin d’apporter une réponse à chaque point cité sans en oublier aucun :

FAITS PASSIBLES DE POURSUITES JUDICIAIRES

Discrimination

  • différences dans l’application des CGUs ;
  • différences dans les modes de paiement des vendeuses ;
  • ne pas être obligées de montrer nos visages pour participer aux évènements.

Sabotage

  • restriction des contenus et bannissements ne relevant ni d’infractions aux CGUs ni de la loi française ;
  • comptabilisation des filleuls selon des critères arbitraires.

Protection contre le harcèlement

  • bannissement par adresse IP ;
  • arrêter de récompenser la délation :
  • rester joignables les we et vacances ;
  • revoir le système de pouces rouges ;
  • faciliter les signalements avec un bouton dédié intégré au site ;
  • vérifier les signalements ;
  • bannir les utilisateurs faisant des signalements abusifs.

Protection des données

  • ne pas laisser nos vidéos publiées si nous supprimons notre compte (y compris les vidéos promotionnelles sur les sites externes à VTC) ;
  • failles de sécurité (dont ne nous donnons pas les détails dans ce courrier au vu de son caractère public, et qui vous ont été remontés par le passé de manière privée).

FAITS RELEVANT DE LA BONNE VOLONTÉ

  • mise en place d’une newsletter ;
  • réellement lire nos mails et prendre le temps d’y apporter une réponse personnalisée et constructive ;
  • manque de clarté dans les CGUs ;
  • fournir une liste précise des termes et contenus interdits ;
  • charte graphique/police d’écriture agressive pour les yeux des vendeuses qui passent de nombreuses heures sur le site (maux de tête) ;
  • régularisation des bugs, en particulier :

– les lives (coupures, actualisation de la liste des connectés),

– au niveau du système de paiement par CB (paiements impossibles par moment),

– au niveau de l’outil de modération des contenus (détecte des mots tout à faits classiques comme « interdits »),

– upload des vidéos extrêmement long par moments ;

– impossibilité de valider les commandes par moments ;

– certaines vidéos en streaming ont le son et l’image décalés.

 

Pour finir, nous citons votre phrase de fin du courrier précédent : « Nous invitons désormais toutes les vendeuses qui souhaitent participer de manière constructive à la vie du site et aux réflexions menées sur son développement à nous contacter directement pour nous faire part de leurs remarques, critiques et propositions, comme l’ont toujours fait nos utilisateurs. »

Or, nous avons constaté de par vos deux dernières réponses qu’il est difficile, voire impossible, de nous faire entendre de manière jointe, il nous paraît donc d’autant plus compliqué de le faire individuellement.  Nous comprenons à travers cette phrase que vous souhaitez mettre fin à cette procédure de médiation amiable. C’est ce que nous souhaitons aussi, mais uniquement dans le cas où vous produisez une réponse favorable à nos demandes, ainsi que la mise en place de vraies solutions.

Dans le cas contraire, nous nous réservons le droit de mettre en place une élection officielle visant à élire une déléguée des vendeuses de VTC, qui aura à sa disposition une adresse mail et des réseaux sociaux dédiés, afin de contrecarrer la pression  que vous mettez à vos vendeuses. Ces dernières ont en effet peur d’être bannies, et donc privées de leur moyen principal de revenus, car vous n’avez pas hésité par le passé à bannir ou menacer de bannir certaines vendeuses pour le simple motif qu’elles ont osé exprimer leur mécontentement publiquement. Cette déléguée aurait donc pour mission de continuer à rassembler les preuves de vos abus afin de les faire parvenir au Strass, même après la fin de la présente médiation.

Nous vous répétons souhaiter régler ce conflit de manière amiable si possible.

Dans l’attente, veuillez agréer nos salutations distinguées.

30 de vos vendeuses.

Partager maintenant

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Commenter

You must be logged in to post a comment