Strass Syndicat du travail sexuel - TravailleurSES du sexe en lutte !

Mission 'Prostitution' au Sénat : les rapporteurs doivent être dessaisis !

Bien que les auditions soient encore en cours au Sénat et que démarre à peine le travail de réflexion engagé depuis un peu plus d’un mois sur « la situation sociale des personnes prostituées » au sein de la Commission des affaires sociales, les deux rapporteurs de la Mission chargée de la question se sont fait remarquer en proposant des amendements en faveur de la pénalisation des clients (Chantal Jouanno, UDI-UC) et du maintien du délit de racolage public actif (Jean-Pierre Godefroy, groupe Socialiste), cela à l’occasion du vote de la proposition de loi déposée par Esther Benbassa (groupe écologiste) le 28 mars dernier revenant justement sur une approche répressive et contre-productive de la prostitution.

Le STRASS dénonce la partialité des sénateurs chargés de mener une enquête sur la situation et surtout les besoins des travailleurSEs du sexe et non de justifier l’adoption de mesures répressives qu’elles-mêmes, leurs alliéEs et nombre d’experts indépendants dénoncent [1]. Le manque patent d’objectivité et d’attention des rapporteurs de cette Mission s’est illustré lors de l’audition du STRASS : Chantal Jouanno a tout simplement cru bon de s’absenter longuement et à plusieurs reprises.

Nous avons déjà eu affaire à la partialité de la députée Danielle Bousquet et savons aujourd’hui à quoi nous attendre. Elle avait également déposé une proposition de loi en faveur de la pénalisation des clients en 2006 (laquelle Chantal Jouanno admet d’ailleurs avoir plagiée [2] [3]) et avait, sans surprise, remis à l’Assemblée nationale en 2011 un rapport allant dans le même sens, quitte à instrumentaliser ou détourner la parole des personnes auditionnées, y compris celle des travailleurSEs du sexe !

Le but inavoué mais non moins flagrant de cette nouvelle Mission est de légitimer la prohibition de la prostitution au nom d’une meilleure protection des prostituéEs alors que les travailleurSEs du sexe ne cessent, d’une part, de mettre en garde contre les effets catastrophiques qu’aurait une telle mesure pour leur sécurité et leur santé et, d’autre part, de réclamer l’application du droit commun, sans discrimination, pour être en mesure de se défendre elles-mêmes contre les abus et violences dont elles peuvent faire l’objet [4].

C’est pourquoi le STRASS exige :

  • que la Commission des affaires sociales du Sénat confie cette Mission à des sénateurs qui sauront faire preuve d’objectivité, d’écoute et ne cherchant pas à tout prix à imposer une idéologie prohibitionniste, dangereuse et minoritaire.
  • que soit abandonnées toutes mesures réprimant le travail sexuel, qu’elles visent les travailleurSES du sexe et/ou leur clientEs.
  • l’application du droit commun aux travailleurSEs du sexe, sans discrimination, notamment dans le cadre de la lutte contre les violences et les abus.
  • que les éluEs cessent de légiférer sans tenir compte de l’avis des premièrEs concernées, dont l’expertise est seule légitime à exprimer ce qui est bon ou pas pour elles.

[1] http://www.cns.sante.fr/IMG/pdf/2010-09-16_avi_fr_prevention-2.pdf,

http://www.undp.org/content/dam/undp/library/HIV-AIDS/Governance%20of%20HIV%20Responses/Commissions%20report%20final-FR.pdf.

Commission citoyens-justice-police, De nouvelles zones de non-droit. Des prostituées face à l’arbitraire policier, 2006,
http://www.ldh-france.org/IMG/pdf/prostituees_arbitraire_policier.pdf.

http://www.igas.gouv.fr/spip.php?article291

[2] Mme Chantal Jouanno : « Je ne vais pas vous mentir, c’est un plagiat revendiqué de la proposition de loi Geoffroy-Bousquet, qui est elle-même la transcription fidèle des recommandations contenues dans le rapport de nos deux collègues députés sur l’abolition de la prostitution et la reprise de la proposition de résolution votée à l’unanimité à l’Assemblée nationale en ce sens.»

[3] (amendement n°4 portant création de stages de sensibilisation des clients incriminés – sic – ) : « Mme Chantal Jouanno. Il s’agit, une fois de plus, d’un « copier-coller » de la proposition de loi de Mme Bousquet et de M. Geoffroy… »
Voir: http://www.senat.fr/seances/s201303/s20130328/s20130328013.html#Niv3_art_Articles_additionnels_apres_T

[4] http://www.planning-familial.org/communiques-de-presse/oui-peut-etre-feministe-et-contre-la-penalisation-des-clients-005273,

Commission citoyens-justice-police, Un harcèlement institutionnalisé. Les prostituées chinoises et le délit de racolage public, 2013,
http://www.ldh-france.org/IMG/pdf/ccjp_rapport_final_un_harcelement_institutionnalise_avec_annexes.pdf.

Dossier de presse contre la pénalisation des clients, Collectif Droits & Prostitution/Strass
http://strass-syndicat.org/wp-content/uploads/2011/06/dossier_de_presse_penalisation_clients1.pdf

More...

Mme Vitrac-Pouzoulet persiste et signe dans son mépris des putes !

Suite à la médiatisation de notre indignation vis-à-vis de son affiche assimilant la prostitution à « la plus vieille exploitation du monde », la candidate PS aux législatives dans les Yvelines a semble-t-il voulu faire savoir qu’elle acceptait le débat. Hélas, Mme Vitrac-Pouzoulet, dans l’expression même de sa volonté de « débattre », persiste, signe, et surenchérit dans son mépris envers nous, travailleurSEs du sexe.

En reprenant à son compte l’amalgame entre prostitution et exploitation, entre migration et traite, elle réaffirme son ignorance de la réalité de terrain ; cet amalgame ne fait que cautionner les politiques anti-immigration et nuit à la lutte contre les réseaux d’exploitation.

En refusant de reconnaître la prostitution comme un travail mais en la définissant comme une location de son corps, elle ne fait qu’exposer une vision bien arriérée de la sexualité, vision selon laquelle consentir à des rapports sexuels serait renoncer temporairement au droit d’usage de son corps : la liberté de disposer de son corps, c’est aussi le droit d’échanger des services sexuels contre de l’argent.

En laissant entendre qu’il est moins respectable d’exercer le travail sexuel que d’être professeure, ingénieure, policière ou PDG, elle ne fait que reproduire un discours paternaliste, moraliste et élitiste, auquel il est vrai, le Parti qui n’a de Socialiste que le nom nous a déjà trop habituéEs. Nous affirmons préférer exercer le travail sexuel qu’exploiter autrui ou être agentEs de la répression et du racisme d’Etat.

Enfin, en affirmant, ailleurs, sa volonté de pénaliser les clients, elle démontre également son mépris pour toutes les associations de terrain qui depuis des mois ne cessent de dénoncer cette idée en raison des conséquences catastrophique que l’application de cette loi aurait sur la santé et la sécurité des travailleurSEs du sexe, en nous éloignant des structures de prévention et en faisant le jeu des réseaux qui seuls profiteront de la situation de vulnérabilité vers laquelle ce projet nous mène.

Parce qu’il apparaît ainsi que Mme Vitrac-Pouzoulet refuse non seulement de s’excuser comme nous le         lui avons demandé, mais qu’elle surenchérit dans ses insultes à notre égard ; parce que nous ne cautionnerons jamais un discours qui utilise la rhétorique de la droite (extrême) pour récupérer des électeurs sur le dos des minorités; et parce que nous n’avons tout simplement pas les moyens de nous déplacer, nous ne nous rendrons pas au débat auquel elle nous invite. Pour autant, nous ne manquerons de penser à elle lorsque nous racolerons, nous aussi, mais d’une manière bien plus respectable que la sienne.

More...

Le PS humilie les putes avec son affiche.

Michèle Vitrac-Pouzoulet, candidate PS aux législatives dans la 5eme circonscription des Yvelines, vient de publier une affiche parlant de la prostitution comme de la plus vieille humiliation du monde. Elle demande ce que le député sortant a fait contre la prostitution qui « se développe à nos portes ».

François Hollande nous avait promis le changement pour maintenant et la dépénalisation du racolage. Mais madame Vitrac-Pouzoulet reprend exactement le même langage que la droite et l’extrême droite nous concernant.

L’expression « se développe à nos portes » fait penser que nous serions comme des délinquants, une sorte de mauvaise herbe, ou des parasites.

Nous voudrions rappeler que nous sommes des êtres humains, citoyennes et citoyens qui contribuons à la vie économique et culturelle de ce pays et que la plupart d’entre nous payons des impôts.

L’humiliation, c’est que le PS continue de vouloir exclure notre présence de l’espace public comme l’a fait la droite.

Nous exigeons :

  • Que le PS retire immédiatement cette affiche
  • Un RDV avec les dirigeants du Parti Socialiste pour qu’ils s’expliquent sur leurs politiques à notre égard
  • Des excuses de la part de Madame Vitrac-Pouzoulet
  • La fin des arrêtés municipaux et préfectoraux contre nous dans les municipalités contrôlées par le PS
  • La dépénalisation immédiate du racolage

l’affiche sur le blog de campagne de Michèle Vitrac-Pouzoulet :
http://www.vitrac-pouzoulet2012.fr/prostitution-la-plus-veille-humilaiation-du-monde-1106.html

More...

Pour nous contacter

STRASS, Syndicat du Travail Sexuel
c/o Act Up-Paris
8 rue des Dunes
75019 PARIS

contact@strass-syndicat.org

Permanence POUR LES TRAVAILLEUR-SE-S DU SEXE tous les jeudis de 17h à 21h dans nos locaux à Paris.

Nous contacter en cas de violences : violences@strass-syndicat.org

Paypal

LikeBox Facebook

TL Twitter