Strass Syndicat du travail sexuel - TravailleurSES du sexe en lutte !

Travail du sexe : Mais que nous prépare l’UMP ?

Le 21 Janvier 2010, Chantal Brunel députée UMP de Seine et Marne est en quelques semaines la troisième personnalité du parti de la majorité à nous parler de réouverture des maisons closes à l’occasion d’une tribune dans Le Monde(1) et de la parution de son livre sur les violences faites aux femmes.

On se souvient de la sortie de Christine Boutin(2) qui s’est rétractée le jour d’après face aux remontrances des organisations anti-prostitution. Nous savons aussi que les députés Elie Aboud et Isabelle Vasseur sont actuellement en charge d’un rapport parlementaire sur les politiques à mener concernant la prostitution. Elie Aboud, député UMP de l’Hérault interviewé dans le Midi Libre(3) n’écarte pas non plus l’idée de rouvrir les maisons closes.

Si nous ne pouvons que nous féliciter sur le constat commun de l’échec des politiques répressives contre le racolage et espérons vivement l’abrogation de ces lois, nous nous interrogeons grandement quant à la sauce à laquelle nous allons être mangées.

En effet, nos hommes et femmes politiques continuent de véhiculer les habituels poncifs, d’ignorer les revendications des travailleurs du sexe (4), et notre existence même en tant que mouvement social. Il faudrait leur rappeler que les travailleurs et travailleuses du sexe s’expriment depuis au moins 1975, époque de l’occupation des églises à Lyon et dans plusieurs villes de France.

Le STRASS a dores et déjà envoyé une demande de rendez vous aux deux parlementaires UMP chargés d’un rapport et attend toujours à ce jour leur réponse.
Si nous sommes inquiets, c’est que ce qui ressort jusqu’à présent des interviews de nos représentants nationaux est une volonté plus grande de contrôle: contrôle médical, contrôle fiscal, et contrôle migratoire. Personne ne veut donc de leurs maisons closes.(5)

Nous aimerions qu’ils et elles comprennent que nous sommes autre chose qu’une masse informe et clandestine de migrantes envahisseuses, transmetteuses de maladies, et échappant au fisc. Nous sommes des êtres humains.
Ils devraient savoir que la plupart d’entre nous paient déjà des impôts, que nous sommes souvent les meilleures actrices de prévention, et les mieux placées pour lutter contre la traite des êtres humains encore et toujours confondue avec l‘immigration.

Nous exigeons de rencontrer ces parlementaires.
Nous ne sommes pas le problème. Nous faisons partie de la solution.

(1) http://www.lemonde.fr/opinions/article/2010/01/21/violences-faites-aux-femmes-place-aux-actes-par-chantal-brunel_1294812_3232.html
(2) http://www.rue89.com/rue69/2009/11/25/christine-boutin-prete-a-rouvrir-les-maisons-closes-sur-le-papier
(3) http://www.midilibre.com/articles/2009/11/28/A-LA-UNE-Elie-Aboud-Au-moins-encadrer-les-prostituees-1015675.php5

(4) http://www.lesputes.org/declaration.htm (Déclaration des Droits Des TravailleuSEs du Sexe En Europe)

(5) http://www.strass-syndicat.org/2009/11/reouverture-des-maisons-closes-mise-au-point-sur-la-position-du-strass

More...

Débat sur France 4 – Questions de génération (20/01/2010)

Réunis autour de Samuel Etienne, des jeunes de 18 à 22 ans de tous horizons débattent avec trois personnalités qui ont fait l’actualité

Invitées : Sonia et Maîtresse Gilda

Thème du débat

Faut-il rouvrir les maisons closes ?

ÉMISSION DIFFUSÉE LE Mercredi 20 janvier à 23h05

Voir la vidéo intégrale jusqu’au 21/02 sur le site de France 4
Le blog de l’émission (coulisses,  réactions hors plateau)
Réagissez sur le forum de France 4
More...

Réouverture des maisons closes, mise au point sur la position du STRASS.

Communiqué de presse :
Réouverture des maisons closes, mise au point sur la position du STRASS.

Le 24 novembre 2009, Christine Boutin relance le débat en se déclarant “pas défavorable à la reouverture des maisons closes” mais se rétracte ensuite très rapidement sous la pression des lobbys anti prostitution dont le mouvement du Nid.

Le Syndicat du TRAvail Sexuel qui compte plus de 250 membres travailleuses et travailleurs du sexe de toute la France aimerait que ce débat important ne soit pas clos aussitôt qu’initié parce que des professionnels de la lutte contre la prostitution font pression pour maintenir le dogme abolitionniste qui leur garantit de nombreuses subventions et la survie de leur organisation.

Le STRASS récuse le système abolitionniste actuel qui est en fait un système répressif à l’égard des travailleuSes du sexe sous prétexte de dignité humaine et de morale.
Nous sommes opposéEs au concept de maison close tel qu’elle existait aux XIXème et XXème siècles car elle était un moyen de contrôle et une entrave à nos libertés, et dénonçons l’hypocrisie des lois actuelles qui nous interdisent de travailler en intérieur, en particulier quand nous voulons travailler à plusieurs pour notre sécurité.

Nous sommes contre les maisons closes parce que :

  • Nous refusons de travailler au profit du tenancier d’une maison close comme nous nous opposons à toute forme d’exploitation et parce que 100% des revenus issus du travail du sexe doivent revenir au travailleur lui-même.
  • Nous refusons qu’une personne tierce nous impose ou influe dans le choix de nos clients, de notre prévention, de nos pratiques et de nos tarifs.
  • Nous considérons que le dépistage obligatoire aux IST souvent préconisé avec la réouverture des maisons closes ne protège en rien les travailleuSes du sexe et leurs clients puisqu’il ignore les fenêtres de séroconversion lors des transmissions de ces maladies.
  • Seul le port du préservatif protège et le dépistage obligatoire n’est en fait utilisé que pour inciter les travailleurs du sexe à accepter des rapports non protégés et à appliquer des politiques d’exclusion à l’égard des travailleurs séropositifs. Les scandales de contaminations dans l’industrie du porno sont un exemple flagrant de la contre productivité du dépistage obligatoire en matière de santé.
  • Nous refusons d’être mis à l’écart de l’espace public dans des endroits fermés et espaces réservés ou cachés. Nous faisons partie de cette société et nous voulons que nos lieux de travail soient des espaces ouverts à tout public adulte et non des maisons closes.
  • Nous ne voulons pas qu’un système réglementariste divise les travailleurs du sexe entre des réguliers qui travailleraient en maison closes et d’autres qui continueraient d’être criminalisés pour refuser de se plier au contrôle de l‘Etat. Nous voulons les mêmes droits pour tous quelle que soit notre nationalité.

Ce que nous voulons :

  • Le droit de travailler où nous voulons.
  • Le droit de nous associer avec qui nous voulons.
  • Le droit de travailler avec qui nous voulons.
  • Le droit de travailler comme nous le voulons.

Cela inclut donc d’abroger les lois sur le racolage et le proxénétisme qui nous empêchent d‘organiser notre travail et de nous loger de manière indépendante. En voulant dissuader l’existence de la prostitution, ces lois ne nous protègent pas, elles nous mettent en danger.

Note : Ce sont aussi les conclusions de la Déclaration et du Manifeste pour les Droits des Sexworkers en Europe, rédigés à l’issue de la conférence européenne de 2005, par plus de 300 travailleuSes du sexe de tout l’europe.

http://droitsetprostitution.org/declaration.htm
http://www.lesputes.org/manifeste_fr.pdf

More...

Pour nous contacter

STRASS, Syndicat du Travail Sexuel
c/o Act Up-Paris
8 rue des Dunes
75019 PARIS

contact@strass-syndicat.org

Permanence POUR LES TRAVAILLEUR-SE-S DU SEXE tous les jeudis de 17h à 21h dans nos locaux à Paris.

La Permanence sera fermée à partir du  jeudi 3 août 2017. Elle ouvrira à nouveau ses portes le jeudi 31 août 2017 à 17H.

Nous contacter en cas de violences : violences@strass-syndicat.org

Paypal

LikeBox Facebook

TL Twitter