Strass Syndicat du travail sexuel - TravailleurSES du sexe en lutte !

PENDANT QUE LES PARLEMENTAIRES FONT DU SURPLACE, LES TRAVAILLEUSES DU SEXE CONTINUENT DE SUBIR LA RÉPRESSION

Sans grand étonnement, le sénat a réintroduit la pénalisation du racolage lors des discussions de ce 20 mars portant sur la loi de lutte contre le système prostitutionnel – ré-intitulée pour l’occasion loi de lutte contre la traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle, contre le proxénétisme et pour l’accompagnement des personnes prostituées.

Sans grand étonnement, car ce qui anime les motivations, tant des députéEs que des sénateurs et sénatrices, et sauf exception, n’a jamais été l’intérêt des travailleuses du sexe : alors que les unEs parient sur le délit de racolage public, les autres préfèrent parier sur la pénalisation des clients. Au fond, le but recherché reste cependant toujours le même : maintenir une répression sur le travail sexuel afin de légitimer l’isolement des travailleuses, leur éloignement des centre-villes.

Nous ne sommes pas dupes de ce qui est considéré comme un revirement. Le ton des débats de ce jour, les mensonges qui y ont été débités, le refus de mettre en place de véritables mesures sociales de lutte contre la précarité ou de régularisation des sans-papiers – le simple fait de proposer des APS d’1 an au lieu de 6 mois a suscité beaucoup de débats – est une preuve de plus s’il en fallait qu’aucune des revendications des travailleuses du sexe, ni des associations qui travaillent avec elles, n’ont été entendues.

Nous nous interrogeons sérieusement sur l’intérêt, pour les organisations abolitionnistes, de pousser pour le vote de cette proposition de loi, qui n’apporte aucune réponse aux problèmes que nous rencontrons en tant que travailleuses du sexe.

Nous exigeons que le gouvernement renonce à cette proposition de loi, et mette en revanche à l’ordre du jour la proposition de loi déposée par Esther Benbassa qui visait à l’abrogation du délit de racolage public, votée par ce même Sénat il y a tout juste un an. Nous ne céderons ni au chantage qui consiste à conditionner l’abrogation du délit de racolage public à la pénalisation des clients, ni à celui qui consiste à maintenir le délit de racolage public pour ne pas voter la pénalisation des clients : pendant que nos parlementaires vont et viennent entre deux mauvaises alternatives, les travailleuses du sexe vont et viennent, elles, entre arrestations et précarité.  

Pour nous contacter

STRASS, Syndicat du Travail Sexuel
c/o Act Up-Paris
8 rue des Dunes
75019 PARIS

contact@strass-syndicat.org

Permanence POUR LES TRAVAILLEUR-SE-S DU SEXE tous les jeudis de 17h à 21h dans nos locaux à Paris.

Nous contacter en cas de violences : violences@strass-syndicat.org

Paypal

LikeBox Facebook

TL Twitter