Strass Syndicat du travail sexuel - TravailleurSES du sexe en lutte !

Mauvaise Année 2017 !

Le STRASS adresse ses pires vœux de mauvaise année à l’ensemble des parlementaires qui ont voté pour la pénalisation de nos clients.

En 2016, vous avez voté une loi anti-prostitution qui nous a précariséEs, misEs en danger, qui a dégradé nos conditions de travail et d’existence. À cause de vous, de nombreuSEs travailleurSEs du sexe sont contraintEs à une plus grande mobilité, à prendre plus de risques pour leur vie, leur santé et leur sécurité. Nos revenus ont été diminués, et les signalements d’agressions sont plus nombreux.

Tout ceci n’est pas faute de vous avoir prévenu. Vous aviez à disposition tous les rapports scientifiques et institutionnels de l’ONUSIDA, de l’Organisation Mondiale de la Santé, d’Amnesty International, The Lancet, le Planning Familial, Aides, Médecins du Monde, le PNUD, la Commission Nationale Consultative sur les Droits de l’Homme, le Défenseur des Droits, de la Haute Autorité en Santé, etc.

Nous ne pouvons donc pas vous souhaiter une bonne année 2017, mais au contraire, un bon « parcours de sortie de la politique » à la suite d’une défaite électorale cinglante que vous méritez, et qui nous l’espérons, vous attend en 2017.

Le Syndicat du Travail Sexuel

More...

Manifestation : Mardi 6 décembre à 15H, place Edouard Herriot.

Le 6 décembre, les travailleurSEs du sexe et ceux qui les défendent se rassembleront à 15 h, place du Président Edouard Herriot près de l’Assemblée Nationale pour protester, une fois de plus contre les politiques répressives les visant ou visant leur clientEs.

En effet, au même moment, les députés débattront et adopteront probablement, la proposition de résolution visant à réaffirmer la position abolitionniste de la France en matière de prostitution.
Cette proposition de résolution vise à entériner juridiquement et symboliquement les conclusions du rapport Bousquet sur la prostitution en France, au premier rang desquelles figure la volonté de pénaliser les clientEs des travailleurSEs du sexe.


C’est l’étape avant la proposition d’une loi de pénalisation des clients.


Les travailleurSEs du sexe et leurs alliéEs dénoncent depuis des mois cette volonté d’accroître encore un peu plus la répression à leur encontre, mettant en danger leur santé, leur sécurité, leur subsistance.

C’est ce que, le 28 novembre dernier, le Collectif Droits & Prostitution et le Strass rappelaient dans un courrier adressé à l’ensemble des DéputéEs, exigeant de nouveau que les travailleu(r)ses du sexe soient REELLEMENT associéEs aux politiques publiques en matière de prostitution.

Documents :

Courrier aux députés (co-signé par plus de 21 associations)

Dossier de presse contre la pénalisation des clients.

Contacts presse :

Pour ActUp Paris, Cécile Lhuillier : 06 65 64 52 88

Pour le STRASS : Maîtresse Gilda : 06 23 06 87 01
Agrandir le plan

More...

Morano : "Un groupe de travail sur la prostitution dans les 3 mois", le STRASS répond "Chiche" !

Jeudi 25 février à l’Assemblée Nationale étaient examinés les amendements à la proposition de Loi renforçant la protection des victimes et la prévention et la répression des violences faites aux femmes. (1)

Parmi les amendements examinés, celui de Mme Chantal Brunel (2), visant à supprimer le délit de racolage passif, induit par la Loi de 2003, a été retiré aux motifs « que nous prendrions un vrai risque à abroger à la hâte un dispositif qui a manifestement plus de mérite que certains ne veulent bien le dire » d’après Mme Morano, secrétaire d’État chargée de la Famille et de la Solidarité. (3)

C’est dire tout le mépris que ce gouvernement affiche envers les Travailleu(r)ses du sexe et toutes les associations, travailleurs sociaux, syndicats, magistrats, Élus et même policiers qui dénoncent unanimement les effets pervers et les conséquences désastreuses de cette Loi depuis 7 ans ! (4) La LSI prévoyait en effet l’établissement d’un bilan d’évaluation annuel : nous l’attendons toujours et pour cause !…

Pire encore, tout en se félicitant de « l’incontestable progrès » dans la disparition des « nuisances pour les riverains », Morano, vantant les vertus du délit de racolage passif,  invoque « les dispositions de la loi de 2003, (…) des mesures à caractère social, à travers des dispositifs de protection et d’accompagnement » qui n’ont quasiment jamais été appliquées !

Pour finir, Mme Morano propose de « créer, dès aujourd’hui, avec vous-même (Mme Brunel NDR), le ministère de l’intérieur, le secrétariat d’État que je dirige et tous les partenaires institutionnels concernés, un groupe de travail afin de réfléchir ensemble, dans les trois mois qui viennent, à la meilleure façon d’améliorer la situation que vous évoquez. »

A cette dernière proposition ; voulant croire en la sincérité d’une telle démarche, nous informons Mme Morano qu’il faudra qu’elle compte avec le Strass. Depuis trop longtemps, les politiques concernant les TravailleuSes du sexe sont menées sans la moindre consultation des premièrEs concernéEs et dans le mépris de nos Droits. La répression comme seule réponse menant systématiquement à encore plus de violences et d’opacité, il est temps d’en finir avec ces politiques brouillonnes et clientélistes qui, en invisibilisant et précarisant les TravailleuSes du sexe, les livrent à tous les dangers.

Aucune politique dans la lutte contre le proxénétisme et l’exploitation sexuelle  ne peut être efficace si on refuse de considérer les TravailleuSes du sexe comme des partenaires.

Notes :

(1) Proposition de Loi renforçant la protection des victimes et la prévention et la répression des violences faites aux femmes

(2) PRÉVENTION ET RÉPRESSION DES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES – (n° 2293) Amendement n°76

(3)  Compte rendu de la séance du Jeudi 25 février 2009

(4) Lire le rapport de la ligue des Droits de l’Homme et du Syndicat des Avocats de France : « De nouvelles zones de non droit, les prostituées face à l’arbitraire policier » et Critiques des mesures concernant le « racolage passif » sur Wikipédia ainsi que le dossier d’ActUp sur la LSI.

More...

STRASS appelle a l'abrogation du delit de racolage au Parlement

Mercredi 17 le STRASS a rencontré Mme Chantal Brunel(1), Députée UMP de Seine-et-Marne pour lui parler de son engagement à travers son amendement sur la proposition de loi destinée à lutter contre les violences faites aux femmes qui sera à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale le 25 février prochain. Cet amendement vise l’abrogation de l’article 42 de la LSI (loi sur la sécurité intérieure) de 2003.

Madame Brunel rejoint le STRASS sur son bilan négatif de la LSI concernant la lutte contre le proxénétisme et les conditions de travail des sex workers. Elle nous a assurés de sa détermination à défendre l’intérêt et les enjeux d’un tel amendement, en dépit des difficultés qu’une telle proposition rencontrera le 25 février prochain à l’Assemblée nationale. À l’occasion de cette présentation, madame Brunel rappellera aux députés qu’aucune étude n’a été effectuée en six ans d’activité, malgré les promesses de Nicolas Sarkozy.

À cette occasion le STRASS a rappelé sa volonté de voir :

  • abrogée la loi sur la sécurité intérieure
  • abrogée l’ordonnance de 1960 qui classe les travaileurs/ses du sexe parmi les inadaptés sociaux
  • respectées les libertés fondamentales des  travaileurs/ses du sexe

http://www.strass-syndicat.org/

(1) Note : Mme Chantal Brunel est vice-Présidente de la Commission spéciale chargée d’examiner la proposition de loi renforçant la protection des victimes et la prévention et la répression des violences faites aux femmes

More...

Pour nous contacter

STRASS, Syndicat du Travail Sexuel
c/o Act Up-Paris
8 rue des Dunes
75019 PARIS

contact@strass-syndicat.org

Permanence POUR LES TRAVAILLEUR-SE-S DU SEXE tous les jeudis de 17h à 21h dans nos locaux à Paris.

Nous contacter en cas de violences : violences@strass-syndicat.org

Paypal

LikeBox Facebook

TL Twitter