Strass Syndicat du travail sexuel - TravailleurSES du sexe en lutte !

Réponse LeDoaré, votre féminisme est putophobe.

Le 3mars 2010, Christine Le Doaré dans son article sur le blog de Têtu : “Non votre féminisme n’est pas nouveau” s’attaque aux féministes pro-sexe qu‘elle qualifie tout au long de son texte de “nébuleuse alternative” constituée de “groupuscules et individus”. Faisant partie du collectif féministe qui a lancé ces autres appels aux marches annuelles du 8 mars, et étant directement citée comme organisation, le STRASS a proposé à Têtu ce droit de réponse qui a été refusé.

La position universaliste de Christine Le Doaré n’est pas nouvelle. Elle s’est toujours déclarée anti-communautariste et n’a jamais compris pourquoi des transpédégouines refusaient les politiques assimilationnistes qui leur demandent toujours de faire l’effort de bien se comporter auprès des hétéros, d’être bien sages et bien discretes, de ne pas s’afficher et provoquer, de ne pas faire de mariage symbolique dans Notre-Dame et de ne pas choquer les valeurs religieuses des croyants, de faire attention quand il y a des enfants, de ne pas faire de prosélytisme, de ne pas jeter du faux sang sur les murs de l’Élysée ou crier sur un Ministre de la Culture, et tout ça pour mériter d’être acceptées dans leur système qui continue de nous refuser ne serait-ce que l’égalité de leurs droits d’hétéros.

Mais ce qui fait polémique dans le monde féministe ce n’est pas tant les transpédégouines, qui de toute façon sont maintenant dans leurs propres mouvements. Et puis les féministes mainstream ont leurs propres lesbiennes, la plupart bien planquées sous le label “femme” ou “féministe” pour ne pas avoir à être visibles en tant que lesbiennes dans le mouvement, même si tout le monde le sait, et qu’en fait elles sont bien pratiques car il faut toujours des lesbiennes de service pour ne pas paraître homophobes.

Ce qui fait polémique en ce moment ce sont les putes et les musulmanes qui portent le voile, et c’est en particulier sur ces deux questions, parmi d’autres, que notre collectif féministe s’est fondé, puisque nous sommes exclues des mouvements féministes classiques. Le Doaré, fait mine de ne pas comprendre comment nous pouvons à la fois dénoncer la participation de GayLib aux Prides et nous plaindre d’être nous-mêmes exclues par ces féministes quand il s’agit pour elle d’exclusions comparables. Elle ne dit d’ailleurs pas qu’elle est contre la participation de GayLib mais précise bien pourquoi les travailleurs du sexe ne peuvent pas participer aux marches féministes.

Exclure les putes et les femmes voilées d’une manifestation féministe c’est se positionner politiquement contre des femmes minoritaires. Stopper 20 minutes le char de l’UMP à la Pride en fin de manif, c’est refuser qu’un parti politique menant des politiques homophobes et allant à l’encontre des revendications LGBTI puisse parader et faire sa promotion parmi les personnes mêmes qu’il opprime. Dans un cas il s’agit de protester contre l’exclusion de groupes opprimés, dans l’autre de demander l’exclusion d’un groupe oppresseur quand bien même ce groupe est représenté par ses gays-alibis qui lui servent de caution politique.

Oui il y a des travailleurs du sexe membres de ce collectif féministe, puisque nous en faisons partie avec d’autres, mais non nous ne demandons pas la légalisation de la prostitution. La prostitution est déjà légale. Nous demandons la décriminalisation de l’organisation du travail du sexe, dont le racolage.

Le STRASS, Syndicat du TRAvail Sexuel n’est pas majoritairement un groupe d’hommes biologiques. Le STRASS est composé de 10 % d’hommes, 20 % de trans’ et 70 % de femmes, et cette représentativité peut se retrouver dans le CA du syndicat. Plus de la moitié de nos membres travaillent dans la rue, ce qui est une très bonne représentativité étant donné que la majorité des travailleurs du sexe exercent à présent via Internet. Nul besoin d’ailleurs d’être un ou une “escorte de luxe” pour travailler sur Internet.

Cette attaque sur notre représentativité est courante. Chaque fois qu’un ou une travailleuse du sexe prend la parole publiquement on l’accuse tout de suite d’être non représentative. On fait pourtant rarement ou jamais ce procès aux autres mouvements, alors qu’on pourrait très bien le faire à l’encontre de Christine Le Doaré et de ses amies féministes, qui se font la spécialité de parler au nom des femmes tout en excluant les femmes minoritaires.

S’agissant des clients, ce n’est certainement pas Le Doaré qui va nous expliquer comment les hommes avec qui nous avons des rapports sexuels envisagent leur rapport à l’autre ou à l’intime. S’il y a des personnes qui ont peut-être une idée sur la question, c’est certainement davantage nous, les travailleurs et travailleuses du sexe, qui ayant baisé avec des centaines ou des milliers d’hommes ont plus de chances de comprendre comment ils fonctionnent sexuellement, bien que nous non plus ne soyons pas dans leur tête et ne puissions parler à leur place.

Le Doaré nous ressort le petit couplet classique sur les esclaves de l’Est et d’Afrique, et des gamins gays jetés de chez leurs parents, des traumatismes sexuels dans l’enfance, etc. Toujours les mêmes affirmations sans preuves. Ce qui est surprenant c’est que ce sont les mêmes qu’on sortait au sujet des homosexuels pour dénier leur légitimité à parler.

Elle devrait pourtant savoir en tant que lesbienne ce que ça signifie quand des homophobes lui disent qu’elle est devenue lesbienne à la suite de traumatismes sexuels inconscients dans son enfance, qu’elle souffre d’un Syndrome de Stockholm qui explique pourquoi elle prétend aimer sa condition et qu’elle ne réalise même pas à quel point sa sexualité est néfaste et dangereuse, que son mode de vie mène à la dépendance aux drogues et à l’alcool, aux contaminations d’IST et VIH, et à subir la violence des hommes. Face à cette vie de souffrance, aucune femme ne choisirait d’être lesbienne, aucun parent ne souhaiterait ça pour son enfant, et c’est pourquoi la plupart sont heureuses de pouvoir être guéries et réhabilitées par la bienveillante aide des experts. Ce que Le Doaré dit des putes, elle le dénoncerait comme lesbophobe si on en disait ne serait-ce qu’un dixième au sujet des lesbiennes.

Pour bien prétendre que les putes ne seraient pas libres, elle met le mot “volontaires” entre guillemets et donne l’exemple d’un cas particulier, celui d’une prostituée qui a arrêté par amour, pour en conclure que toutes veulent “s’en sortir”, et on note ici le même vocabulaire stigmatisant que pour designer les usagers de drogues.

Le Doaré nous sort un chiffre d’on ne sait où : “en France 92 % des prostituées veulent s’en sortir”. On ne sait même pas combien il y a des prostituées en France puisque ca fait 30 ans qu’on nous sort la même estimation de 15 000 à 20 000 prostituées et que personne n’est capable d’expliquer comment on a créé ce chiffre. Au même moment il y aurait 80 000 putes au Royaume Uni et 400 000 en Allemagne. Mais sans doute que la France est exceptionnellement moins penchée sur le sexe. En fait, nous avons une petite idée d’où ce chiffre sort : certainement de la militante abolitionniste Melissa Farley, connue pour aller dans les hôpitaux psychiatriques interviewer des putes pour en conclure que nous sommes victimes de désordres psychologiques post-traumatiques. Ce chiffre de 92 % apparaît dans son “étude” de la prostitution dans 5 pays: l’Afrique du Sud, la Thaïlande, la Turquie, les USA et la Zambie. En fait, il n’existe aucun chiffre de ce genre pour la France.

Mais pourquoi ne pas considérer ce chiffre comme universel. Seulement il faut voir aussi comment la question a été posée. Parce que si on pose aux personnes sondées la question de savoir “si on vous proposait quelque chose de mieux arrêteriez vous la prostitution ?”, on se doute bien que la plupart diront oui. Et si on vous proposait quelque chose de mieux, Madame Le Doaré, arrêteriez vous d’écrire sur des sujets que vous ne connaissez manifestement pas ? Vous, tellement convaincue que vous êtes de ne pas stigmatiser les prostituées, mais que faites-vous en nous décrivant comme des esclaves, violées et forcées, ou bien des escortes de luxe qui osent parler à leur place pour défendre les hommes et le capitalisme ?

Vous dites que les féministes comme vous ne veulent pas la poursuite des prostituées, mais que font-elles donc alors ces féministes pour lutter contre les lois répressives contre le proxénétisme, qui nous affectent directement en criminalisant le fait de travailler à plusieurs pour être en sécurité, le fait de partager un studio ou de prêter une camionnette pour bosser, le fait de passer une annonce dans la presse, ou que nos partenaires ou nos familles vivent d’une partie de nos revenus ? Que faites-vous? Vous les défendez. Parce que vous maintenez l’amalgame entre proxénétisme de soutien et proxénétisme de contrainte. Vous défendez même la criminalisation de nos clients, qui est une attaque directe contre nos revenus et notre existence.

Les bilans australien et néo-zélandais n’ont rien de désastreux, bien au contraire.(1)(2) La décriminalisation a permis de retrouver la confiance des travailleurs du sexe dans la police et de mieux lutter contre les violences subies en permettant que ces crimes soient enregistrés et pris en compte.(3) Elle a permis aux travailleurs du sexe de s’auto-organiser sans crainte de risques légaux au point qu’un char de travailleurs du sexe a fait sensation au dernier Mardi Gras LGBT de Sydney il y a quelques jours.(4) Il reste certes des problèmes pour les travailleurs du sexe souffrant d’addictions ou étant non documentés et il reste encore de la traite des êtres humains, mais comme dans tous les autres secteurs économiques dont la légalité n‘est pas suffisante en soi pour lutter contre ces problèmes. Il ne s’agit pas de nous croire sur parole mais de simplement regarder les faits en face et d’arrêter de répéter les mêmes mensonges et chiffres faux ou formules toutes faites, comme l’amalgame persistant entre prostitution et esclavage.

Non, défendre les droits des travailleurs du sexe ce n’est pas “défendre les industries capitalistes et mondialisées du sexe”. Oseriez-vous dire des autres syndicalistes qui luttent pour la survie de leur emploi, contre leurs licenciements ou de meilleures conditions de travail qu’ils sont tous des libéraux capitalistes mondialistes complices des exploiteurs pour accepter de mettre leur corps à disposition du capital ?

Et vous avez beau nous sortir un couplet sur le bon vieux Marx, ça ne fait pas de vous une championne de la lutte des classes. Le travail sexuel n’est pas une invention du capitalisme. Ca a existé un peu plus longtemps on va dire. L’exploitation de l’homme ou de la femme par l’homme existe partout. Or, la différence que vous faites pour les travailleurs du sexe ne se résume qu’à l’usage de notre sexe. Parce que vous ne qualifiez pas les autres travailleurs d’objets, et pour cause. Vous maintenez une hiérarchie entre ceux qui seraient de vrais travailleurs et ceux qui ne seraient que des corps-objets et par là-même empêchez toute forme de solidarité.

Mais nous devons vous dire, Madame Le Doaré, que ce qui fait de nous des objets, ce n’est pas le fait de nous faire enculer ou de sucer des bites pour de l’argent. En tout cas pas plus que quand on travaillait dans les autres boulots que la plupart d’entre nous faisions avant le travail du sexe, 35 heures par semaine, et avec un patron sur le dos. Parce que se faire pénétrer ne veut pas dire que l’on donne son corps. Parce que l’organe le plus important que nous utilisons pour baiser est notre cerveau, bien que vous pensiez sans doute, à vous lire, que nous ne faisons qu’écarter les jambes en attendant que ca se passe.

Ce qui fait de nous des objets, ce sont les discours politiques comme le vôtre qui tentent de nous réduire au silence en discréditant nos mouvements. C’est le fait de vouloir criminaliser nos partenaires sexuels comme lorsque les jeunes transpédégouines ne pouvaient pas baiser avec des plus de 21 ans. C’est le fait de nous refuser les mêmes droits qu’aux autres travailleurs et citoyens sous prétexte que ce serait encourager l’exercice de la prostitution. C’est le fait de refuser de reconnaitre notre auto-détermination et jusqu’aux mots que nous employons pour nous définir nous-mêmes.

En matière de lutte de classes, les féministes non-putes auraient beaucoup à apprendre des féministes putes. Votre abolitionnisme est né dans l’Angleterre victorienne qui considérait que les femmes devaient rester asexuelles en-dehors du mariage. A celles qui ne se pliaient pas à cette injonction était réservé le sort de femme déchue, y compris aux lesbiennes, d’ailleurs, puisqu’une femme respectable ne pouvait se douter que de telles pratiques existaient. Josephine Butler, la fondatrice de ce mouvement n’a jamais caché ses valeurs et son sens du devoir chrétien pour sauver les femmes déchues. Il ne faut pas s’étonner d’où vient cette expression de “vente du corps” quand autrefois les femmes du peuple étaient accusées de sorcellerie par d’autres femmes pour “vendre leur âme au Diable”. Oui, il s’agit bien d’héritage religieux, et les abolitionnistes sont autant, si ce n’est plus, issus de mouvements chrétiens que féministes.

Il s’agit aussi d’une philosophie de classe, car ce sont ces féministes victoriennes des classes supérieures qui ont entrepris de vouloir moraliser leur société trop encline au sexe, tout comme quand vous décrivez la sexualisation à outrance dans les médias. Le discours n’a pas tant changé. Ces féministes qui prétendaient vouloir le bien des femmes prostituées, elles non plus ne semblaient pas trop préoccupées par le fait que leurs campagnes anti-prostitution résultent en de nouvelles lois répressives, comme la criminalisation du racolage ou encore de l’homosexualité masculine en 1885 par le Criminal Amendment Act.

Elles ne s’en préoccupaient pas car à cette époque il était normal de civiliser le peuple et d’apporter l’œuvre civilisatrice bienfaitrice en colonisant le reste du monde. Un peu comme aujourd’hui, quand sous couvert de lutter pour l’émancipation des femmes afghanes on envahit leur pays, ou quand pour apporter la démocratie on impose des élections frauduleuses.

Et oui, votre féminisme est un féminisme blanc et de classe. Autre exemple, quand le CNDF fait appel à la protection de la police et de l’Etat contre les violence faites aux femmes. Pendant ce temps-là, les femmes du peuple savent qu’elles ne peuvent pas faire confiance à une police qui préfère protéger la propriété privée et les riches plutôt que les pauvres. Pendant ce temps-là, les putes sont violées par les flics, comme encore la semaine dernière à Nice. Et là, bizarrement, on n’entend jamais les féministes mainstream pour dénoncer les viols des putes. Ah ben oui, c’est vrai, il suffit de dénoncer la prostitution en tant que telle puisque toute prostitution est en soi un viol… Désolées, mais nous on sait encore faire la différence entre un rapport consenti et un viol.

Défendre le droit de se prostituer, c’est défendre le droit de disposer librement de son corps quand bien même ça ne plaît pas aux féministes bourgeoises de savoir ce que les femmes du peuple font avec. Pourtant elles font bien souvent la même chose, sauf que ca ne s’appelle pas prostitution pour elles, mais mariage et rendez-vous amoureux ou fêtes de la St-Valentin. Oui, le travail du sexe est une contrainte économique, comme tous les métiers. Mais vous ne dites ça que pour nier notre libre choix. Or c’est facile pour des bourgeoises, quand elles n’ont pas à faire ce choix-là justement.

La plupart des femmes n’aimeraient pas avoir à faire le choix d’avorter par exemple. Mais nous sommes bien toutes contentes que l’avortement soit légal et qu’il puisse se faire dans de bonnes conditions, quand bien même on n’avorte pas par plaisir. Lutter contre la prostitution sous prétexte que des femmes en meurent c’est comme lutter contre l’avortement sous prétexte que des femmes en meurent.

Évidemment, comme d’habitude, on nous vante le “modèle suédois”. Mais contrairement à la Nouvelle-Zélande et l’Australie, le gouvernement suédois n’autorise pas d’études indépendantes sur sa loi. Mona Sahlin, l’ancienne ministre pour l’égalité de genre, explique qu’évaluer la loi de criminalisation d’achat de services sexuels serait comme évaluer les lois sur le viol et la pédophilie. Contrairement à la Nouvelle-Zélande et l’Australie, en Suède les travailleurs du sexe sont exclus des débats et consultations sur les politiques les concernant. La ministre de la Justice Beatrice Ask a déclaré que la Suède ne devait pas respecter le droit des prostituées de choisir librement de travailler comme prostituées ni les laisser être entendues sur les sujets qui les concernent, car ce serait un point de vue étranger qui ne correspond pas à celui dont elle pense qu’on devrait l’avoir.(5)

Le point commun des luttes pro-putes et des luttes anti-racistes c’est donc déjà d’être discriminées par les féministes mainstream. Mais c’est aussi de se placer en-dehors de leur universalisme républicain, comme si toutes les oppressions de genre étaient celles de blanches bourgeoises, juristes en entreprise comme vous par exemple.

Par exemple, quand vous parlez de “double et triple oppression” comme s’il s’agissait uniquement d’additionner une à une les discriminations, vous faites encore une erreur d’analyse. Le problème est davantage l’intersectionalité entre ces discriminations, qui fait que quand bien même on ajoute le racisme au sexisme, on continue de percevoir le racisme comme un problème d’hommes noirs et arabes et le sexisme comme un problème de femmes blanches. Il suffirait pourtant juste de lire Bell Hooks, surtout maintenant qu’Elsa Dorlin a publié une compilation sur le black feminism.

Ce que vous ne semblez pas encore avoir compris, pour ignorer les liens entre luttes putes et luttes anti-coloniales et anti-racistes, c’est que la criminalisation du travail sexuel sert a lutter contre l’immigration. Toutes vos histoires sur la traite des femmes, si vous étudiez ne serait-ce qu’un petit peu le problème, ou si vous étiez en contact avec des putes migrantes, vous comprendriez que c’est un problème de contrôle migratoire qui n’a rien à voir avec la demande des hommes pour du sexe. Quand on peut migrer et travailler légalement, il n’y a aucune raison de s’endetter auprès de passeurs ou organisations plus ou moins criminelles. On peut juste faire la même chose auprès de sa banque qui trouvera d’autres moyens légaux que la violence pour vous faire rembourser vos dettes.

Les luttes lesbiennes et trans’ sont elles aussi liées à celle des travailleurs du sexe, ne serait ce que parce que les transpédégouines sont nombreuses dans l’industrie du sexe. Mais aussi parce que si on compare les mécanismes de discriminations, il n’y a pas tant de différences entre par exemple des psys transphobes qui se posent en experts de ce qu’on peut faire de son sexe ou non en réduisant les trans’ à des malades, victimes de trouble de l’identité, et des abolitionnistes qui nous expliquent que c’est mal de se prostituer et qu’ils vont nous sauver avec leur centre de réhabilitation où on fait faire aux putes des travaux tellement pourris et non-formateurs que la plupart retournent sur le tapin après. Il n’est en effet donc pas étonnant de trouver certaines de ces féministes bourgeoises être à la fois transphobes et putophobes, pour ne citer en exemples que Janice Raymond ou Patricia Mercader.

Les “meilleurs alliés des mafieux du crime organisé et des patrons des industries du sexe” ne sont pas ceux que vous croyez. En maintenant la criminalisation des travailleurs du sexe, en voulant celle de nos clients, et en nous excluant du droit commun, c’est vous qui leur permettez de nous exploiter sans que nous ne puissions avoir le moindre recours légal contre eux.

Et pour quelqu’une qui prétend être contre l’industrie du sexe et pour la criminalisation des clients, il est tout de même surprenant de faire héberger son blog par le site web du magazine Têtu qui bénéficie directement de l’argent de ses annonceurs de l’industrie du porno, ou encore de faire business avec les monsieur gay propres de la mairie de Paris pour faire subventionner son centre LGBT, alors que la plupart d’entre eux sont clients et/ou se branlent sur les films porno dans lesquels les membres du STRASS jouent.

(1) http://www.justice.govt.nz/policy-and-consultation/legislation/prostitution-law-review-committee/publications/plrc-report/report-of-the-prostitution-law-review-committee-on-the-operation-of-the-prostitution-reform-act-2003

(2) http://192.190.66.46/search/serve-db-document.tcgi?collection=first&record_id=35473/

(3) http://www.scarletalliance.org.au/library/quadara08/file_view

(4) http://www.youtube.com/user/queerRTchoke#p/a/u/0/Wt2NMmKIZBs

(5) http://www.ihra.net/Assets/276/1/2008_Wednesday_Concurrent_SexWork_Jakobsson.pdf

Pour nous contacter

STRASS, Syndicat du Travail Sexuel
c/o Act Up-Paris
8 rue des Dunes
75019 PARIS

contact@strass-syndicat.org

Permanence POUR LES TRAVAILLEUR-SE-S DU SEXE tous les jeudis de 17h à 21h dans nos locaux à Paris.

Nous contacter en cas de violences : violences@strass-syndicat.org

Paypal

LikeBox Facebook

TL Twitter