Strass Syndicat du travail sexuel - TravailleurSES du sexe en lutte !

APERO ANTI-PUTES A TOULOUSE : QUI SONT LES FASCISTES ?

Alors que les médias se ruent sur l’altercation qui a eu lieu hier soir avec des riverains des quartiers de Pont-Jumeaux et Boulevard de Suisse à Toulouse, le STRASS tient à communiquer tout son soutien aux personnes interpellées, et à exprimer sa colère suite aux propos tenus par les organisateurs de cet apéro et par Olivier Arsac, adjoint à la sécurité de la mairie de Toulouse.

Alors que les riverains organisés en milice venaient fêter l’interdiction pour les travailleurSEs du sexe de se trouver dans certains quartiers, des travailleurSEs du sexe et des militantEs qui les soutiennent sont venues leur rappeler que le quartier était aussi le leur, et que ces mesures d’exclusion n’ont pour seule conséquence que de les mettre en danger.

Dans un article de la Dépêche, Olivier Arsac a qualifié ce contre-rassemblement de « fasciste »1. Mais n’est-ce pas la mairie de Toulouse qui essaie d’imposer un ordre sécuritaire digne de l’extrême droite lorsqu’elle se vante d’exclure de la ville les putes, les roms, les SDF, et touTEs les précaires ? Lorsqu’elle utilise la force de la loi et la violence de la police pour expulser ceux qui essaient de faire vivre le lien social dans la ville ?

Qui opte pour des méthodes fascistes en se constituant en milices anti-prostituées ?

Les riverains voulaient « fêter la tranquilité retrouvée »2, mais de quelle tranquilité parle-t-on lorsque les travailleurSEs du sexe se font quotidiennement harceler par la police, et sont repoussées toujours plus loin dans la clandestinité ?

Est-ce parce qu’ils n’assument pas leur complicité avec les violences qui seront plus facilement perpétrées contre les travailleurSEs du sexe suite à ces arrêtés qu’ils ressentent le besoin d’inventer des violences commises à leur encontre ?

Le STRASS exige la libération immédiate des militantEs interpelléEs et qu’aucune poursuite ne soit menée à leur encontre.

Espace public pour les putes, pas pour les fascistes !

Contac presse : Marie Prin : 06 28 32 20 79

Pour nous contacter

STRASS, Syndicat du Travail Sexuel
c/o Act Up-Paris
8 rue des Dunes
75019 PARIS

contact@strass-syndicat.org

Permanence POUR LES TRAVAILLEUR-SE-S DU SEXE tous les jeudis de 17h à 21h dans nos locaux à Paris.

Nous contacter en cas de violences : violences@strass-syndicat.org

Paypal

LikeBox Facebook

TL Twitter